Il existe plein de bonnes raisons d’aller randonner en solitaire, ainsi que quelques inconvénients (il est fort probable de rencontrer des ennuis).

Voici quelques conseils et astuces pour vous aider à rester en sécurité lorsque vous déciderez enfin de vous lancer dans la randonnée solo !

Être réaliste

Soyez réaliste quant à vos compétences. Mais pas que ! Il est important de ne pas surestimer son seuil de douleur, son endurance… et même ses goûts en matière de marche à pied. Si la randonnée en groupe vous semble toujours bien plus amusante : continuez !

Un moment avec soi-même

Considérez-vous comme une personne avec qui vous êtes. Vous n’êtes pas seul : vous êtes avec vous-même ! Vous pouvez partager la nature que vous voyez, entendez, goûtez et ressentez avec vous-même. Vous garderez à jamais le souvenir de vos expériences et vous pourrez vous en souvenir à tout moment.

Un moment de plaisir

Votre randonnée en solitaire doit rester un moment fun. Prenez un morceau de chocolat pour la pause à 8km, prévoyez de vous acheter un sundae à la crème glacée lorsque vous vous rendrez à la prochaine ville…

Connaître la zone

Connaissez la région où vous ferez la randonnée ! Recherchez les conditions météorologiques, les sentiers, les points de renflouement, les aires de répartition de la faune, les élévations, les sources d’eau, les propriétés privées…

Rester sur le sentier

Les voyages à travers champs peuvent être excitants, mais endommagent l’environnement et rendent difficile de vous trouver, juste au cas où.

Évoluer progressivement

Allez-y progressivement ! Des courtes randonnées d’une journée, puis des excursions avec une nuit, des sorties sur un week-end… Avant de passer aux randonnées d’une semaine, puis à des randonnées longue distance…

Être confiant

La confiance en soi est très différente de l’arrogance. L’arrogance est une attitude de supériorité tandis que la confiance est la foi que vous agirez de la bonne façon parce que vous avez des compétences. Lisez, posez des questions, entraînez-vous, allez-y petit à petit, apprenez à vous servir de votre équipement… Enfin, partez pour de plus longues randonnées.

Penser aux éventualités

Réfléchissez à des scénarios « Et si ? ». Et si le camping était complet, et si mon réchaud était en panne, et si je me faisais mal au pied, et si je perdais ma carte ou ma boussole… Les possibilités de scénario sont très nombreuses. Sans perdre de temps sur des scénarios farfelus (« et s’il neigeait à Marseille au mois de juin ? »), faites le tour de ce que vous pouvez imaginer qui pourrait mal tourner. Ainsi, vous serez mieux préparés.

Faire des plans détaillés

Les cartes des sentiers, les prévisions météorologiques et saisonnières, les besoins alimentaires, le kilométrage prévu, le planning quotidien… Cette préparation vous assurera des randonnées bien planifiées.

Laisser un itinéraire de voyage à quelqu’un

Dans votre entourage (amis, famille…), laissez votre itinéraire à quelqu’un. Cela peut aussi être un garde forestier ou un autre gestionnaire des terres au point de départ du sentier.

Une bonne orientation à chaque instant

A tout moment, vous devriez être en mesure de dire « Le nord est par là » et d’être correct. Il suffit de sentir l’heure du jour et la direction générale du soleil.

Retrouvez moi sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *