Parfois, les saisons semblent changer du jour au lendemain. Un jour vous parcourez des kilomètres en plein après-midi au soleil. Une semaine plus tard, vous ressortez les manteaux et les écharpes. Au lieu de retourner au confort douillet de votre intérieur, voici quelques conseils pour continuer à aller courir malgré le froid.

Fixez-vous des objectifs ou récompenses

Se donner un coup de boost avec la promesse d’une récompense à la fin (qu’il s’agisse de vois un ami ou de manger une friandise) peut réellement vous motiver à aller faire du sport.

Vous pouvez également fixer une date et un lieu pour retrouver quelqu’un pour courir. On ne se dégonfle pas lorsque quelqu’un attend !

Par exemple, en Alberta, un semi-marathon attire plus de 3000 coureurs dans différentes villes du Canada, qui courent à des températures telles que -40°F. Il y a un grand brunch gratuit par la suite. Les gens sont motivés par les omelettes et pancakes !

Habillez-vous comme s’il faisait plus chaud

Attention à ne pas trop se couvrir. Il faut être au chaud sans transpirer au point d’avoir froid ! La règle de base est de s’habiller comme s’il faisait 5° de plus. Il faut avoir un peu froid au début, c’est normal ! Pensez à des couches de tissus techniques pour évacuer la transpiration à l’aide de fermetures éclair au niveau du cou et des aisselles. Cela permet d’évacuer l’air pendant que vous chauffez.

Plus vous courez à l’extérieur, plus vous apprendrez vos préférences.

Portez les bonnes chaussures

Pour garder la chaleur à l’intérieur et la neige fondue à l’extérieur, courez avec des chaussures qui ont le moins de mailles. Si vous avez des chaussures en Gore-Tex, tant mieux. Portez des chaussettes qui évacuent l’humidité tout en gardant vos pieds au chaud. Et qui sont non irritantes !

Soyez visibles

Avec une lumière du jour limitée (comme c’est le cas en hiver), il y a de fortes chances que vous couriez dans l’obscurité. Les bancs de neige sur les rues déneigées vous rendent encore plus difficile à voir. Portez des vêtements fluorescents et réfléchissants. Éclairez-vous, et n’hésitez pas à en faire trop ! Certains adeptes du running recommandent même d’utiliser une lampe frontale ou de porter une lampe de poche. Cela vous permet de voir où vous allez, et surtout que les gens puissent vous voir.

Échauffez-vous avant de courir

Déplacez-vous suffisamment à l’intérieur pour faire circuler le sang sans transpirer. Montez et descendez les escaliers en courant, utilisez une corde à sauter, faites quelques mouvements de yoga… Cela peut même être un nettoyage de la maison. « Le froid n’est pas si froid quand on a chaud ». Si vous rencontrez un groupe de copains de course, ne restez pas dans debout dans le froid à bavarder avant de courir.

Déjouez le vent

Commencez votre course face au vent, et finissez-la par le dos. Cela évite que la brise ne vous souffle dessus après que vous ayez transpiré. Pour éviter un long trajet difficile face à vent, essayez de le briser.

Courez dans le vent pendant 10 minutes, puis avec le vent dans le dos pendant 5 minutes et recommencez. Vous pouvez aussi chercher des pare-vent, comme des immeubles en centre ville.

La peau exposée est particulièrement vulnérable aux rafales de froid. Certains coureurs utilise des matières comme la vaseline afin de prévenir les engelures sur leur visage. Ils s’en servent comme masque.

Soyez flexible avec le rythme et la distance

La course hivernale est plus une question d’entretien que de vitesse. Par temps très froid, recherchez les « inversions », c’est à dire les endroits élevés et où l’air sera plus chaud. Cela peut parfois faire une grande différence.

Si vous ne pouvez pas courir au milieu de la journée lorsque les températures sont les plus chaudes, courez deux fois par jour. Trois kilomètres ou quatre le matin, et la même chose le soir. Cela est mieux que de courir 6 ou 7 kilomètres en ayant très froid vers la fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *