Que savoir sur le GR20 ? Comment le préparer ?

Quand on aime la randonnée et le sport, ainsi que les voyages, comme moi, le GR20 s’impose comme une destination parfaite pour profiter de tout ça. « Fra Li Monti » de son nom originel, est l’un des parcours de randonnée les plus réputés, certes, mais aussi des plus difficiles, il est donc important de bien préparer cette escapade. C’est le moins que l’on puisse dire.

GR20 : Le temps

Un randonneur classique doit prévoir environ deux semaines de marche pour rallier le Nord de la Corse, à Calanzana, au Sud, à Conca. Pas moins de 200km de marche vous attend. Sachez-le, soyez conscient de l’ampleur de la tâche !

GR20 : Le parcours

Alternant entre rochers, dénivelés, altitude, sommets à 2000m ; le GR20 est tout à fait réalisable, je l’ai moi-même fait plusieurs fois. Mais il nécessite une certaine préparation. A la fois physique et mentale, c’est certain !

GR20 : La solitude

Il faut garder également en tête que la plupart, pour ne pas dire la totalité, du parcours se fait loin de toute civilisation. Il faut donc être également préparé au fait d’évoluer loin de tout confort de la ville, loin de toute commodité. C’est en fait là le charme absolu de cette randonnée : communier de nouveau avec ce que la nature a de plus brut et pur à nous offrir.

GR20 : Les refuges

Pendant deux semaines il vous faudra bien organiser votre progression. Pas seulement pour savoir où vous êtes, et pas seulement pour votre palmarès : il vous faut également prévoir les nuitées que vous aurez besoin de passer en refuge ! Plusieurs types d’habitats sont envisageable, il faut s’y prendre à l’avance et tenter de réserver au mieux les nuits prévues.

GR20 : L’équipement

C’est sûrement l’une des étapes de la préparation les plus importantes : le matos. Trop d’équipement vous alourdirait considérablement, pas assez vous handicaperait lourdement.

Voici donc mes conseils pour les journées de marche :

Les indispensables

  • Les chaussures : une bonne paire de chaussures de marche est LE point le plus important. Si vous partez à l’assaut du GR20, c’est que vous êtes déjà habitué à la marche et donc que vous avez déjà eu besoin de vous frotter au sujet des chaussures. Si ce n’est pas le cas, partez du principes que vos chaussures vont être votre principale allié et outil durant ce périple. Ne lésinez pas sur ce point-là donc ! Je conseille des chaussures mi-hautes, car plusieurs passages en descente peuvent mettre les chevilles à rude épreuve.
  • Un chapeau type bob de marche. S’il n’est pas très esthétique, il est terriblement utile et efficace
  • Les pantalons : le top est d’investir dans des habits de rando. Plusieurs marques, Decathlon en tête, proposent des pantalons de randonnée convertibles en short. C’est le genre de vêtement idéal que je ne saurais assez conseiller. Léger, pratique, aéré, c’est parfait pour le GR20. Prenez-en quelques-un, 2 ou 3 selon votre coquetterie. Prévoyez un pantalon étanche également, car le temps varie très rapidement dans ces conditions géographiques.
  • Le k-way. Dans la continuité, prévoyez un k-way qui fait égalemen coupe vent. Quand on est en marche depuis des heures et que le temps change, que le vent se lève et la pluie arrive, on la subit d’autant plus fort. Il faut donc prévoir un vêtement étanche et léger à la fois. Quelque chose que vous pourrez sortir et rangez rapidement sans qu’il vous prenne une place trop grande.
  • Le t-shirt technique : a avoir absolument dans son bagage, il est parfait car il tient chaud, ce qui peut être important selon votre état de fatigue, selon la météo (n’oubliez pas que vous passerez pas des sommets à 2000m et que vous évoluerez en montagne !). A manche longue ou a manche courte, selon votre convenance. Prévoyez-en 3 également.
  • Les chaussettes : là-aussi, élément important. Optez pour 3 paires de chaussettes de randonnée. L’important est le confort qu’il apporte au pied qu’il va enrober pendant des heures et des heures. Le frottement des coutures extérieures et un point à souligner également : choisissez absolument des paires de chaussettes de randonnée avec le moins de coutures extérieures possibles !

L’hygiène

  • Au point de vue sanitaire : optez pour le minimum syndical ! Brosse à dent, serviette en microfibre, un savon, crème solaire. Pensez également ) des pommades pour les pieds : gonflement, ampoules, douleur, etc. Glissez-en une dans votre trousse de premiers soins en plus d’antiseptique, pansements, paracétamol (oui, il se peut que vous arriviez le soir la tête comme une pastèque corse !)

Attendez, ce n’est pas fini, voici maintenant mes conseils pour les nuits fraiches de Corse :

  • Un tour de cou. Personnellement j’utilisais un bandana un peu grand et large, que je mettais à la fois sur la tête en journée, ou autour du coup quand le vent se levait. Mais chacun son truc.
  • Des claquettes simples et légères pour aérer les pieds le temps que les chaussures sèchent et se reposent un peu le soir aussi 😉
  • Une veste chaude, type polaire, pour les soirées fatiguée en altitude, c’est vraiment fort appréciable !

Et bien évidemment, pour dormir :

  • l’indispensable tente pour les soirs où vous n’aurez pas (eu envie de) trouvé(r) de refuge. Un tente simple, basique, légère, suffira amplement. De toute façon, vous ne vous ferez pas priés pour vous assoupir et dormir comme un bébé.
  • Le sac de couchage. Autre élément très important. Optez pour un format économique en terme de place. Aujourd’hui on trouve de très bon sacs au matériau technique parfait pour ce genre de randonnée !

Autres :

  • une paire de jumelles
  • des bâtons de marche
  • quelques sacs pour ranger les ordures
  • une batterie externe pour votre téléphone pour pouvoir prendre des photos
  • un matériel d’ultra première nécessité pour la cuisine : réchaud, casserole pour le café et cuire l’eau, des sachets de nouilles déshydratées, des barres de céréales, de une gourde thermos pour l’eau ou le thé
  • une paire de lunette de soleil
  • un bon couteau
  • un briquet tempête
  • une bonne lampe frontale + une de secours
  • un petit bouquin de poche pour les moments de repos. Optez pour par exemple pour un livre sur l’histoire de la Corse, ou mieux : un guide de randonnée sur le GR20 !

Tous ces conseils restent ceux que je peux prodiguer après avoir fait le GR20 trois fois, dont deux entiers. Mais chaque voyage étant propre à chacun, la liste peut se rallonger ou se raccourcir. Tout ça va dépende de votre volonté d’y aller à la dure ou au contraire de vouloir ne rien manquer. C’est en tout cas une bonne base de départ.

Je vous invite bien évidemment à multiplier les lectures plus professionnelles, plus techniques, bref, plus poussées sur le sujet. Internet n’en manque pas et plus vous étofferez vos connaissance, mieux sera votre randonnée !


– Julien Manival – instagram

Retrouvez moi sur :