En musculation, il y a tout plein de paramètres à prendre en compte. A commencer par sa morphologie.

Pour faire suite à mon article sur les principes de la méthode Lafay, je me focalise cette fois sur l’importance de prendre en compte sa morphologie quand on se lance dans la musculation.

A l’initiative de cet article : la lecture d’un papier de Sport.gentside qui fait état d’une théorie développée par un psychologue américain : William Herbert Sheldon. Il y est question de résumer les différents types de morphologies en trois grands groupes. Selon lui, la relation entre musculation et morphologie serait donc importante !

Les trois types de morphologie

Ectomorphe, Mésomorphe et Endomorphe. Voici les trois types de morphologies. En termes de topologie :

  • Ectomorphe : concerne les personnes minces, maigres, fines, avec peu de masse musculaire développée. Il est question de rareté de fibre musculaire dans leurs membres. Ce type de morphologie doit éviter la cardio, réserver pour ceux qui veulent au contraire sécher. Et ils doivent suivre un régime particulier, à partir de protéines notamment, afin de prendre en volume.
  • Mésomorphe : concerne les personnes naturellement musclées. Un corps bien prédisposé au sport, à la taille des muscles, au travail, le tout avec un faible besoin de régime spécifique. Il est aussi possible pour ces personnes de travailler avec des programmes lambda, dans le sens où ils n’ont pas besoin de programme spécifique pour développer leurs muscles déjà en place.
  • Endomorphe : concerne les personnes plutôt de petite taille, un peur rondes, ou bien en chair. Qui ont une bonne tendance à la prise de gras. Tout est question de métabolisme. Si dans les deux premiers cas on était sur des types de métabolisme qui éliminent très (trop) vite les excès, nous sommes là en présence d’un métabolisme moins efficace dans l’élimination de graisse dans le corps.

Quelle séance pour quelle morphologie ?

En fonction de la typicité de sa morphologie on va axer son travail sur tel ou tel domaine. Par exemple : si je petit et maigre, je vais devoir travailler les prises de poids lourds ; alors qu’inversement si je suis plutôt bien portant je vais devoir d’abord travailler le cardio et les séances longues afin de perdre du gras pour mieux dessiner le muscle par la suite.

Musculation et morpholoie Ectomorphe

si ce physique est parfait pour les sports d’endurance, si le but est de prendre du muscle et du volume, il faut proscrire justement les efforts longs. Privilégier plutôt un régime suffisamment costaud pour encaisser les futurs levers de poids. Avec une musculation modeste et des articulations fines, les débuts seront sûrement humbles en termes de poids. Mais le temps que les tissus et fibres musculaires se forment, vous pourrez gagner en volume. Ce qui est même le but. Privilégiez donc une musculation à base de poids relativement lourds, et des exercices de longues séries, suivies de repos conséquents. Evitez d’aller au-delà de 4 entrainements par semaine, à raison d’une heure par jour, votre morphologie étant vulnérable au « surentrainement ».

Musculation pour Mésomorphe

belle musculature naturelle, ossature parfaite, articulation suffisamment épaisse, on pourrait dire que le mésomorphe est le profil morphologique parfait pour le sport. Il peut travailler comme il le souhaite : pour la prise ou la perte de volume. Le tout va se jouer pour beaucoup sur l’alimentation : pour prendre un poids on va augmenter les ration riche en graisse, protéines, lipides, qui vont être stockées dans le corps et se rendre disponibles pour se transformer en muscle lors des entrainements. Entrainement qui peuvent et doivent être fréquents, vu la condition physique mise à disposition. Niveau séances, cette morpho peut aller un peu plus loin : 1h30 par séance d’entrainement, et 5 répétition par semaine. Maximum hein, on peut très bien en faire un peu moins, mais plus intense, vous l’aurez compris. Travailler en exercices intensifs, puisque votre corps peut encaisser et la puissance et la longévité des exercices.

Musculation pour Endomorphe

avec un type de physique plus arrondi, plus « tombant », les « endo » doivent en premier lieu faire attention à leur alimentation. Eviter les rations de glucides et lipides. Prise de graisse rapide oblige. L’avantage, c’est la prédisposition à un volume massif. Le risque étant de prendre du gras et de perdre ce volume qui se transformerait ainsi en gras pur. Ceci dit, avec un bon entrainement, ils peuvent avoir des effets impressionnants, demandant pas mal de sacrifices aussi. Mais pour ce faire il faudra miser sur 6 entrainements / semaine, à raisin d’1h30 par séance. Le cardio est d’ailleurs plutôt préconisé en fin de séance, histoire de faire bosser une dernière et bonne fois le métabolisme.

Pour conclure sur ce type de musculation et morphologie, ayez en tête que la prise de muscle ne se fait pas directement pendant la séance d’entraînement où vous ébranlez vos fibres musculaires. Non, la prise de muscles et de volume se fait après, pendant le repos. D’où l’importance de bien garder des temps optimums.

Retrouvez moi sur :